Interview par Fifi de l'auteur EVE BORELLI

L'auteur Eve Borelli





Bonjour Eve, merci d'avoir accepté cette interview

Mais de rien ! Comme je le dis toujours, je me sens très star-glamshine-paillettes-cotillons quand je réponds à une interview !

 Pour les lecteurs/lectrices qui ne te connaissent pas, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis prof de lettres le jour, écrivain le soir et le week-end : j’ai donc une double vie, tel un agent secret d’élite (ça en jette, hein ?).  J’habite dans le sud de la France, tout près de la mer et de ses plages privées où on peut boire des mojitos en se tortillant sur de la chouette musique. Je vis entourée de ma famille et de mes amis (et d’un chat-chiant nommé, avec beaucoup d’inspiration, Dodo)(Moi, je voulais l’appeler Aristote, mais il y a eu véto)(mais je m’égare). 

 Comment t'est venue cette envie de te lancer dans l'écriture ?

J’ai toujours crayonné des trucs, des petits textes, des choses rigolotes sur le quotidien. Une amie m’a poussée à écrire du long : un roman, donc… et je me suis lancée !

 Peux-tu nous parler de ton parcours ?

Après avoir écrit ce roman, je l’ai envoyé et mon manuscrit a été repéré par Harlequin HQN. J’y ai publié trois récits à ce jour : La petite brune dans la prairie, Toi, moi, les éléphants et Dark Vador et Délicieuse dépendance, dans le cadre de l’opération Sexy Rugby. Me voilà aujourd’hui chez Nisha pour un quatrième roman !

Peux-tu nous parler en quelques mots de tes héros et qui te les as inspirés ?

Je m’inspire beaucoup de mes  proches pour certains traits de caractère. Les héros secondaires sont souvent très proches de mes amis. Dans Le goût du thé, celui du vent, Laurent est… mon Laurent à moi, mon frère adoré. Dans La petite brune dans la prairie, Amélie, la meilleure amie d’Anna, l’héroïne, porte le même nom que ma meilleure amie et possède son énergie !

 Un conseil pour ceux et celle qui voudraient écrire ?

Se détacher un peu de ce qui se publie et écrire ce dont on a envie, sans forcément suivre les modes. Se relire un million de fois, laisser poser le texte avant de le reprendre. Lire énormément. Proposer un texte irréprochable à des maisons ciblées, dont les lignes éditoriales correspondent à votre histoire.

Ton prochain bébé s'intitule "Le goût du thé", comment t'ai venu le titre?

En fait, le titre est Le goût du thé, celui du vent. Le thé comme Elinor ,qui tient un salon de thé et une chaîne youtube sur laquelle elle partage sa passion sur ce breuvage. Le vent, comme mon sexy-héros Amaury, kitesurfeur pro, chasseur de tempête.
Comme d’habitude, j’ai tâtonné et désespéré de trouver quelque chose et pfiout… d’un coup, d’un seul, l’idée est venue ! (Je crois que ça m’est venu en croquant un Curly. Le Curly, c’est la vie. J’adore les Curly… Mais je m’égare… Encore)


Pour terminer, un mot à tes lecteurs/lectrices ou futur lecteur/lectrices?

J’espère que ce nouveau roman vous plaira, que celles qui ne m’ont jamais lue seront tentées et que mes fidèles lectrices HQNiennes me suivront sur ce coup ! 

Commentaires

Articles les plus consultés

Vous cherchez un livre ? (comment ça non?)